Le portail sentier Chasse-Pêche
FAITES-LE VOUS-MÊME : Thermomètre électronique à immersion pour moins de 25 $
FAITES-LE VOUS-MÊME : Thermomètre électronique à immersion pour moins de 25 $
30/04/2013 | Par Jeannot Ruel
Voici tout ce qu'il faut avoir et savoir pour vous ¬ęfabriquer¬Ľ un thermom√®tre de p√™che √† lecture rapide et pr√©cise pour une infime fraction du co√Ľt d'un thermom√®tre √©lectronique commercial. Gr√Ęce √† cet appareil, vous pourrez enfin rep√©rer facilement les niveaux de tenue pr√©f√©rentielle des diff√©rentes esp√®ces de poissons et dresser, comme les pros, un profil thermique pr√©cis de vos plans d'eau pr√©f√©r√©s √† diff√©rents moments de la saison.

 

 

Dans mes reportages sur des destinations de p√™che, plusieurs lecteurs ont remarqu√© que je livre toujours un petit compte-rendu du profil thermique des principaux lacs du secteur visit√©. J'ai toujours cru utile pour un p√™cheur de conna√ģtre les temp√©ratures d'eau de surface et des diff√©rentes couches d'un lac √† un moment sp√©cifique de la saison. Quelques-uns de ces lecteurs m'ont m√™me √©crit pour conna√ģtre le type de thermom√®tre que j'utilisais pour dresser un profil thermique aussi pr√©cis.

 

Dans les propos de mes correspondants, je pouvais sentir le d√©sir de se procurer un appareil semblable (Fishawk mod√®le 530/100 ou 520), mais par anticipation je pouvais presque voir leur m√Ęchoire inf√©rieure se d√©crocher √† la mention de son prix assez sal√© : autour de 300 $! Pour payer un tel prix pour un thermom√®tre, un p√™cheur doit √™tre vraiment ¬ęmaniaque¬Ľ, ou alors pouvoir s'en servir dans le cadre de son travail...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, on peut retrouver dans des magasins √† grande surface (par exemple Canadian Tire) des petits thermom√®tres √† lecture digitale de temp√©rature int√©rieure et ext√©rieure de maison, gr√Ęce √† un petit senseur reli√© √† l'appareil par un fil, et ce √† un prix inf√©rieur √† 15 $ (photo 1). L'id√©e consiste donc √† transformer un tel petit appareil en ¬ęthermom√®tre de p√™che¬Ľ. En prenant pour acquis que vous ayez quelques aptitudes et que vous disposiez de quelques accessoires de bricolage (photo 2), vous pourrez gr√Ęce √† cet article vous monter un thermom√®tre de p√™che aussi pr√©cis que le mien (sans la lecture d'intensit√© de lumi√®re cependant), et ce pour un co√Ľt total de moins de 25 $.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'appareil

 

Au magasin mentionn√©, je me suis empress√© de me procurer un tel petit appareil (mod√®le Mercury Digitemp). De format tr√®s compact, soit environ 5 x 7,5 cm, le Digitemp fonctionne avec une pile AAA et son commutateur principal offre trois positions de r√©glage : horloge, temp√©rature int√©rieure (IN), lue par un senseur √† m√™me l'appareil, et temp√©rature ext√©rieure (OUT) obtenue gr√Ęce √† un mini-senseur au bout d'un fil de 3 m (10 pi) de longueur. Des boutons arri√®re permettent de s√©lectionner le mode de 12 ou 24 heures, de faire l'ajustement des heures et minutes et de choisir l'affichage en degr√©s Celsius ou Farenheit. Deux autres boutons sur le c√īt√© permettent d'afficher les temp√©ratures minimale et maximale enregistr√©es dans une p√©riode donn√©e. Un dernier bouton central permet m√™me d'illuminer l'√©cran pour lecture de nuit.

 

Pour vérifier la précision de l'appareil original, j'ai effectué des lectures de températures d'air et d'eau en utilisant mon gros Fishwawk comme étalon comparatif, et je dois dire que j'ai été impressionné. Les deux lectures correspondaient à quelques dixièmes de degré près.

 

Montage sur bobine

 

La premi√®re n√©cessit√© consistait √† allonger le fil du senseur pour permettre des lectures √† des profondeurs raisonnables pour un p√™cheur en lac. Le fil original compte deux simples brins et je me suis procur√© dans une quincaillerie le fil d'allonge n√©cessaire, d'une longueur de 15 m (50 pi) et d'un calibre un peu plus gros que celui du fil original pour m'assurer une plus grande r√©sistance. Je me suis aussi procur√© un ensemble de gaines caoutchout√©es r√©tractables √† la chaleur pour bien sceller les soudures des joints de rallonge. Avant de proc√©der aux soudures, j'ai fait un test de connexion temporaire du fil de rallonge pour m'assurer que cette longueur suppl√©mentaire ne causerait pas une perte de voltage emp√™chant les lectures.

 

Il me restait √† trouver un moyen de faciliter la tenue du petit thermom√®tre dans la main tout en permettant de sortir le fil et de le rembobiner apr√®s usage. Fouillant dans ce que mon √©pouse appelle les ¬ęcochonneries¬Ľ de mon atelier (que je consid√®re personnellement plut√īt comme mon pr√©cieux mat√©riel de bricolage), j'ai rep√©r√© une solide bobine de plastique ayant servi d'emballage original d'une ligne plomb√©e de 35 lb de r√©sistance et de 91 m de longueur. Celle-ci m'apparaissait convenir parfaitement pour constituer la bobine principale devant contenir la r√©serve de fil du thermom√®tre.

 

J'ai commenc√© par enrouler manuellement le fil d'allonge sur cette bobine pour d√©terminer qu'une longueur totale de 13 m (43 pi) convenait parfaitement bien √† sa contenance. Selon mon exp√©rience, cette longueur est suffisante pour √©tablir un profil thermique ad√©quat de la majorit√© de nos plans d'eau qu√©b√©cois de dimensions moyennes, puisqu'√† plus de 40 pi de profondeur la temp√©rature d'eau de l'hypolimnion demeure pratiquement stable jusqu'au fond, sauf dans les tr√®s grands plans d'eau.

 

En plus de la grande bobine devant servir de ¬ęmagasin¬Ľ rotatif pour le fil, j'ai utilis√© une autre bobine vide plus petite ayant contenu √† l'origine 100 m de monofilament de 6 lb de r√©sistance pour servir de ¬ępoign√©e¬Ľ fixe √† l'arri√®re de la premi√®re bobine, les deux pouvant √™tre jointes par le passage d'un boulon de 3/8 po de 2 po de longueur dans leur orifice central respectif. √Ä l'arri√®re, l'ajout d'une rondelle pour faciliter la rotation et d'un √©crou verrouillant de 3/8 po enserr√© juste √† la bonne tension pour permettre aux deux bobines de tourner l'une sur l'autre viendrait compl√©ter l'assemblage principal (photo 3).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La portion centrale antérieure en recreux de la bobine principale me permettait de renfoncer la tête du boulon de moyeu pour ne pas nuire à l'installation du thermomètre sur la façade. Pour constituer cette façade, j'ai utilisé une troisième petite bobine dont j'ai taillé un des rebords à un diamètre qui me permette de l'introduire dans la concavité de la bobine principale (photo 3).

 

Assemblage

 

Pour favoriser l'ass√®chement du fil une fois enroul√© sur la bobine principale, j'ai utilis√© une m√®che de 1/4 po pour percer les deux rebords de cette derni√®re d'une s√©rie de trous, un peu √† la mani√®re d'une bobine de moulinet √† mouche (photo 3). Il me fallait aussi une poign√©e de manivelle sur la bobine principale et j'ai d√©cid√© d'utiliser un petit boulon 6-32 x 1 1/2 po comme axe de rotation pour cette derni√®re.

 

Pour cette installation, j'ai perc√© un trou de 9/64 po pr√®s de la bordure de la paroi externe de la bobine principale, et j'ai aussi perc√© la paroi interne de cette bobine avec une m√®che de 1/4 po pour permettre l'introduction du petit boulon par l'arri√®re et pour pouvoir fraiser l'int√©rieur du premier trou. De cette fa√ßon, la t√™te conique du petit boulon pourrait y √™tre encastr√©e, pr√©venant ainsi l'accrochage du fil lors de l'embobinage (photo 4).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la poign√©e de manivelle proprement dite, j'ai trouv√© qu'une petite ¬ęmarette¬Ľ qu'utilisent les √©lectriciens pour joindre les fils convenait tr√®s bien √† cette fonction. J'ai donc perc√© la marette de part en part avec la m√®che de 9/64 po. Le petit boulon 6-32 servant d'axe de rotation de la manivelle a √©t√© ensuite ins√©r√© par l'arri√®re de la bobine et enserr√© sur la paroi avant √† l'aide d'un petit √©crou. Il ne restait plus qu'√† enfiler la marette perc√©e sur ce moyeu, √† ajouter une petite rondelle et √† enserrer le tout √† la bonne tension √† l'aide d'un √©crou verrouillant (photo 5).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la fixation de la bobine de façade, j'ai utilisé un joint de scellant au silicone (photo 6), cet adhésif étant suffisamment solide pour une bonne retenue, tout en pouvant être facilement tranché au couteau si jamais j'avais besoin de démonter l'ensemble en dévissant le boulon de moyeu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour permettre l'installation du petit thermom√®tre sur la surface voulue, celui-ci est fourni avec deux pi√®ces de Velcro m√Ęle et femelle avec arri√®re autocollant. La pi√®ce m√Ęle a √©t√© coll√©e dans l'espace pr√©vu √† l'arri√®re du thermom√®tre, la pi√®ce femelle sur la fa√ßade de ma bobine (photo 7). Ainsi, je pourrais enlever √† volont√© le thermom√®tre de la bobine pour acc√©der aux boutons arri√®re de l'appareil et en effectuer les r√©glages voulus. Noter qu'un petit trou de 1/8 po a √©galement √©t√© perc√© √† la base de la paroi externe de la bobine principale pour permettre le passage du fil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allonge du fil et soudures

 

Aux points de jonction des deux fils (original et de rallonge), j'ai s√©par√© les deux brins sur une longueur d'environ 5 cm et j'ai d√©nud√© les extr√©mit√©s sur une longueur de 1 cm. Pour √©viter que les deux joints soud√©s ne se retrouvent au m√™me niveau et ne forment un ¬ęmoton¬Ľ, j'ai coup√© un des deux brins plus court que l'autre sur chaque fil √† joindre. Ainsi, je pouvais opposer le brin le plus court d'un fil au brin le plus long de l'autre et ainsi d√©porter l√©g√®rement les points de jonction.

 

Avant de procéder aux jonctions, j'ai glissé sur le fil une section de gaine rétractable de diamètre légèrement supérieur à celui-ci et de longueur suffisante pour recouvrir toute la section de brins séparés. Sur chacun des deux brins, j'ai aussi glissé une section de gaine de petit diamètre et de longueur adéquate pour recouvrir les points de soudure (photo 8).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir entortillé l'une sur l'autre les sections dénudés des brins opposés et effectué les soudures, j'ai glissé les petites sections de gaine sur ces soudures et je les ai chauffées pour les faire rétracter adéquatement. Il ne restait plus qu'à glisser la grande section de gaine rétractable pour recouvrir le tout et à traiter celle-ci de la même manière. J'ai surtout veillé à obtenir un scellement parfait aux deux extrémités de la grande gaine pour prévenir toute infiltration d'eau.

 

√Ä l'autre extr√©mit√©, j'ai coup√© le fil original √† environ 10 cm du senseur et j'ai effectu√© les m√™mes op√©rations que ci-haut pour la jonction et la soudure des fils, sauf que j'ai utilis√© une section de gaine r√©tractable encore plus longue s'√©tendant jusque sur l'emprise du senseur, afin de recouvrir toute la section de jonction et assurer une r√©sistance suppl√©mentaire √† l'ensemble. Pour finir, j'ai aussi ajout√© un peu de scellant au silicone au niveau de cette emprise du senseur pour m'assurer d'une √©tanch√©it√© totale.

 

Montage terminal

 

Comme s'il avait √©t√© con√ßu pour cet usage, le petit senseur comportait √† son extr√©mit√© inf√©rieure un trou de 3 mm de diam√®tre convenant parfaitement √† l'insertion d'un anneau fendu. J'ai ainsi pu y relier facilement un gros √©merillon √† agrafe sur lequel je pourrais relier un gros plomb cloche, ou encore un plomb gratteur de fond, pour servir de lest et entra√ģner le senseur vers le fond (photos 9 et 10). √Ä ce chapitre, chaque p√™cheur pourra faire ses propres exp√©riences, mais le plomb devrait √™tre suffisamment lourd pour tendre le fil le plus droit possible √† la verticale lors de la prise de lecture. Un poids d'au moins 2 oz m'appara√ģt souhaitable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme notre petit appareil ne peut fournir d'indication sur la longueur de fil débobinée, il faut utiliser un système artisanal d'indication de profondeurs pour pouvoir relier cette information à celle de la température. Dans une quincaillerie, je me suis procuré une petite bouteille de peinture blanche à l'émail conçue pour retouches sur les appareils ménagers (à la rigueur, une petite bouteille de blanc de correcteur Liquid Paper aurait aussi pu faire l'affaire). J'ai ainsi pu marquer le fil à différents segments de longueurs (photo 11).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, l'utilisation du syst√®me de mesures anglaises facilite le marquage : une bonne grosse marque blanche √† 10 pi, deux marques blanches √† 20 pi, et ainsi de suite jusqu'√† 40 pi. √Ä mi-chemin entre chaque grosse marque de segment de 10 pi, j'ai fait d'autres marques plus petites pour souligner les profondeurs mitoyennes de 5, 15, 25, et 35 pi. Ainsi, il est toujours tr√®s facile pour le p√™cheur de savoir √† quelle profondeur se trouve le senseur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Utilisation de l'appareil

 

√Ä l'usage, la bobine arri√®re sert de poign√©e pour tenir l'instrument de la main gauche (voir photo d'ouverture), alors que la main droite tire sur le fil pour le d√©rouler de la bobine principale au fur et √† mesure de la descente (personnellement, je commence syst√©matiquement par une lecture de temp√©rature de surface). Il est √† noter que le cadran du thermom√®tre tourne en m√™me temps que la bobine principale et que vous devrez arr√™ter sa rotation dans une position qui permet la lecture √† l'endroit; ce ne sont quand m√™me pas 8 √† 10 cm de plus ou de moins qui fausseront vos lectures de profondeur.

 

√Ä chaque segment de descente, il faut allouer un peu de temps au petit thermom√®tre pour bien stabiliser sa lecture de temp√©rature; par contre, il est facile de suivre la r√©trogradation progressive des chiffres de l'affichage et de constater leur  stabilisation gr√Ęce aux fractions d√©cimales.

 

Gr√Ęce √† cet appareil, vous pourrez facilement effectuer les relev√©s syst√©matiques de temp√©rature d'eau par tranches de 5 pi de profondeur et noter le tout dans un calepin, sans oublier le nom du lac et la date des relev√©s. Essayez d'effectuer vos relev√©s le plus possible par temps calme, car le vent a la mauvaise habitude de faire d√©river l'embarcation et de provoquer un angle de traction sur le fil, ce qui peut fausser les donn√©es de profondeurs.

 

√Ä la fin des lectures, vous n'aurez qu'√† rembobiner le fil gr√Ęce √† la manivelle, √† d√©tacher le plomb de lest et √† le ranger dans votre coffre. Pour √©viter le d√©roulement intempestif du fil de la bobine, il suffit de l'enrober d'un gros √©lastique. Pour le rangement, j'ins√®re personnellement le thermom√®tre dans un sac de tissu avant de le ranger dans mon coffre ou sac de p√™che.

 

À la longue, vos compilations de relevés de température vous apporteront des connaissances inestimables sur le profil thermique de vos lacs préférés, la profondeur de la thermocline à différents moments de la saison, etc., ce qui constitue un atout d'une importante capitale pour vos succès de pêche.

Et tout cela, gr√Ęce √† un petit gadget qui vous aura co√Ľt√© moins de 25 $!

 

 

Commentaires
luc peloquin | 26/10/2011
Est-ce que l'on peut se fier à la thempérature de l'eau si je pêche dans le fleuve St-Laurent. Mon inquiétude viens du fait qu'il y a le courant et le brassage de l'eau par le vent et les navires.Car je ne pêche pas nécessairement à grande profondeur ou l'eau subit moin de brassage. Est-ce une erreur de penser comme cela?
Merci
Luc
Au plaisir de vous lire bient√īt
Pierre Séguin | 01/05/2013
Très instructif et très bien décrit étape par étape. C'est sur que je vais m'en fabriquer un