Le portail sentier Chasse-PĂȘche
1e COMPLÉMENT RÉDACTIONNEL- MOUCHETÉE : 6 TECHNIQUES INUSITÉES
1e COMPLÉMENT RÉDACTIONNEL- MOUCHETÉE : 6 TECHNIQUES INUSITÉES
26/03/2013 | Par Jeannot Ruel

Les soies Ă  mouche 1- Versions flottantes

 

Le moucheur n’a que l’embarras du choix devant la panoplie de soies disponible. Voici de quoi simplifier cette dĂ©cision.

Quand j’ai commencĂ© Ă  pĂȘcher Ă  la mouche, les choses Ă©taient relativement simples. À cette Ă©poque, faute de moyens financiers, on commençait par choisir une soie parallĂšle, quitte Ă  progresser plus tard vers une soie Ă  double fuseau. Au dĂ©but, seule la soie flottante prĂ©sentait un quelconque intĂ©rĂȘt, car la pĂȘche en profondeur ne faisait nullement parie du domaine de la pĂȘche Ă  la mouche, du moins selon nous.

Le moucheur dont la perception n’aurait guĂšre Ă©voluĂ© depuis ce temps pourrait avoir toute une surprise et ĂȘtre trĂšs perplexe devant les Ă©talages de soies Ă  mouche d’aujourd’hui, car la technologie moderne en prĂ©sente d’innombrables versions avec caractĂ©ristiques particuliĂšres conçues pour les usages les plus spĂ©cifiques. Bien sĂ»r, ce moucheur pourrait toujours ignorer tout ce charabia et continuer Ă  pratiquer son activitĂ© dans la plus grande simplicitĂ©, mais ne risquerait-il pas de se priver de moyens facilitants et de rĂ©sultats plus satisfaisants dans la pratique de son activitĂ©?

DES ACCESSOIRES SPÉCIALISÉS

Au dĂ©part, il importe de choisir une soie dont le poids (numĂ©ro) convient Ă  la canne, cette dĂ©cision dĂ©pendant principalement de la taille des mouches habituellement utilisĂ©es et de la distance des lancers anticipĂ©s. La plupart des soies Ă  moucher ont une longueur variant entre 27 et 30 m (90 et 100 pi) et sont constituĂ©es d'un noyau de fils de nylon tressĂ©s recouvert d'une gaine de vinyle, celle-ci pou­vant contenir des bulles d'air pour la faire flotter, ou encore de la poudre de plomb ou de tungs­tĂšne pour la faire caler.

 

Figure 1 – Construction typique d’une soie à mouche flottante

 

Dans ce premier volet, il ne sera question que des soies flottantes, lesquelles couvrent ha­bituellement la plupart des besoins du mou­cheur. Au dĂ©part, une telle soie flottante est tout indiquĂ©e pour prĂ©senter une mouche sĂšche en surface au bout d'un long et fin bas de ligne, et la mĂȘme combinaison convient trĂšs bien pour la prĂ©sentation de nymphes Ă©mergentes ou de mouches noyĂ©es dans le film de l'eau. En imprĂ©gnant la portion avant du bas de ligne, la mouche (ou les deux) d'un produit de calaison qui brise la tension du film de l'eau, on peut Ă©galement utiliser une soie flottante pour prĂ©senter une nymphe ou une mouche noyĂ©e en suspension entre deux eaux dans des fosses pas trop profondes.

La soie flottante peut mĂȘme permettre de prospecter efficacement des profondeurs de 2 Ă  3 m (6 Ă  10 pi) avec une nymphe, une mouche noyĂ©e ou un streamer, pourvu qu'on y joigne un bas de ligne calant. Par exemple, les bas de ligne Spey Tungsten Leaders de type 6 de Scientific Anglers sont d'une lon­gueur de 10 pi et plongent Ă  un taux de 5,5 pouces par seconde (po/s). Leur extrĂ©mitĂ© Ă©tant imprĂ©gnĂ©e d'une plus grande densitĂ© de poudre de tungstĂšne, ils plongent «tĂȘte premiĂšre» sans crĂ©er de «ventre mou» entre le bout de la soie et la mouche, ce qui facilite la dĂ©tection des touches.

En effectuant un dĂ©compte d'une vingtai­ne de secondes de temps de plongĂ©e, on pourra ainsi prĂ©senter une mouche noyĂ©e prĂšs du fond dans une fosse aux eaux calmes. Les plus grandes profondeurs demeu­rent cependant le domaine exclusif des soies calantes et Ă  bout calant, qui seront prĂ©sen­tĂ©es dans le prochain numĂ©ro. Pour le mo­ment, il y a bien d'autres particularitĂ©s Ă  connaĂźtre et Ă  considĂ©rer au sujet des soies flottantes.

 

INTERACTIONS DES FORMES

MĂȘme Ă  mes dĂ©buts, les deux principaux types de soies (outre la soie parallĂȘle qu'on n'utilise guĂšre plus de nos jours) existaient dĂ©jĂ , soit celle Ă  double fuseau (Double Taper) et celle Ă  fuseau dĂ©portĂ© vers l'avant (Weight Forward). Les plus grands changements dĂ©coulent sur­tout des amĂ©liorations apportĂ©es Ă  ce dernier type de soie.

La forme d'une soie dĂ©termine les qualitĂ©s de sa trajectoire dans les airs, et son fuselage affecte la maniĂšre dont l'Ă©nergie du lancer est transmise et dissipĂ©e en fin de parcours. En va­riant les longueurs et les diamĂštres des diffĂ©­rentes portions de la soie, on vise Ă  aider le pĂȘcheur Ă  mieux contrĂŽler cette Ă©nergie pour accroĂźtre sa performance dans diffĂ©rents types de pĂȘche Ă  la mouche.

Ainsi, le diamĂštre du bout fin et la longueur du fuselage avant de la soie dĂ©terminent la dĂ©­licatesse avec laquelle la mouche se dĂ©pose sur l'eau. Un fuselage allongĂ© dissipe mieux l'Ă©nergie du lancer en phase terminale, pour une plus grande dĂ©licatesse de prĂ©sentation, tandis qu'un fuselage court transfĂšre plus d'Ă©nergie du fuseau de la soie vers le bout fin, de façon Ă  prĂ©senter de maniĂšre adĂ©quate une mouche plus grosse et plus lourde.

La section du fuseau de la soie, aussi ap­pelĂ©e le «ventre», a habituellement une lon­gueur d'environ 30 pi ou 9 m (figure 2B) et transporte la plus grande partie de l'Ă©nergie du lancer. Un ventre plus long prodigue une plus grande fa­cilitĂ© de manƓuvres de la soie et une plus grande prĂ©cision des lancers. Un ventre court peut faciliter la projection de la soie Ă  plus grande distance et augmenter la rapiditĂ© d'exĂ©cution entre les lancers, mais il suppose habituellement un sacrifice au niveau de la prĂ©cision.

Sur une soie Ă  double fuseau, le fuselage arriĂšre n'a aucune importance pour le lancer puisqu'il demeure constamment enfoui au fond de la bobine, mais il en est autrement pour une soie Ă  fuseau avancĂ©. Dans ce cas, un fuselage long reliant le ventre Ă  la ligne fuyante arriĂšre (running line) comme sur la figure 2C permet un trans­fert tout en douceur de l'Ă©nergie du lancer jusqu'au ventre de la soie, ce qui contribue Ă  augmenter le contrĂŽle du lancer. À l'inverse, un fuselage arriĂšre plus court per­met d'amener la ligne fuyante plus rapidement dans les anneaux-guides de la canne lors de l'allonge de la soie, ce qui rĂ©duit la nĂ©cessitĂ© de faux-lancers et augmente la rapiditĂ© d'exĂ©cu­tion.

Sur une soie Ă  fuseau avancĂ©, la «tĂȘte» est la portion formĂ©e par l'ensemble du fuselage avant, du ventre et du fuselage arriĂšre, et ses dimensions dĂ©terminent la portĂ©e et la facilitĂ© de contrĂŽle de la soie. Une tĂȘte courte (figure 2D) permet des lancers plus rapides mais demande un sa­crifice quant Ă  la distance, tandis qu'une tĂȘte longue procure un plus grand contrĂŽle Ă  lon­gue distance, tout en nĂ©cessitant plus de faux ­lancers pour amener sa concentration de poids en dehors des anneaux-guides pour bien «charger» la canne.

La ligne fuyante arriĂšre d'une soie Ă  fuseau avancĂ© est de diamĂštre trĂšs rĂ©duit afin d'ĂȘtre plus facilement entraĂźnĂ©e par la tĂȘte aprĂšs la projection du lancer et de prĂ©senter moins de friction au passage dans les anneaux-guides de la canne, tout cela favorisant l'atteinte de plus longues distances de lancer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 2 – Principales conformations des soies à mouche modernes

 

AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES DIFFÉRENTS TYPES

 

Avec son ventre ultra long, la traditionnelle soie Ă  double fuseau (figure 2A) demeure idĂ©ale pour la pĂȘche Ă  courtes et moyennes distances. MĂȘme si on ne peut espĂ©rer en soutirer de trĂšs longs lan­cers, elle offre une prĂ©cision maximale et un excellent contrĂŽle pour les lancers roulĂ©s, ainsi que les manipulations et les amendements de la soie sur l'eau. Si vous pĂȘchez surtout dans des plans d'eau de dimensions petites Ă  moyennes et que vous utilisez habituellement des artificielles de grosseurs modestes pour leurrer des espĂšces comme la truite mouche­tĂ©e, la soie Ă  double fuseau est probablement la plus indiquĂ©e.

C'est lorsque le besoin de plus longs lan­cers se prĂ©sente et que l'emploi de mouches plus volumineuses s'impose que les avantages de la soie Ă  fuseau avancĂ© rĂ©vĂšlent leur importance. Si les poissons que vous ciblez incluent des espĂšces comme le saumon atlantique, l'achigan ou le brochet, concrĂštement il vous faudra un attirail capable de propulser une soie Ă  fuseau avancĂ© assez lourde pour entraĂźner sur sa trajectoire et bien prĂ©senter les artificiel­les relativement lourdes qui peuvent intĂ©resser ces espĂšces.

On a vu que sur une soie Ă  fuseau avancĂ©, la longueur de ce fuseau influence la facilitĂ© de lancer. Ainsi, un fuseau long de quelque 40 pi (12 m) comme celui de la figure 2C agira plus ou moins comme un com­promis entre une soie Ă  double fuseau et une autre Ă  fuseau avancĂ©. Tant que la portion ar­riĂšre du fuseau demeurera Ă  l'intĂ©rieur des an­neaux-guides de la canne, la soie pourra ĂȘtre manipulĂ©e facilement pour les lancers roulĂ©s et les amendements Ă  courte distance, mais il faudra en allonger une plus grande longueur pour complĂštement sortir le fuseau des anneaux-guides et profiter de sa pleine capacitĂ© de projection, ce qui exige plus de dextĂ©ritĂ© de la part du moucheur.

À l'inverse, une soie Ă  fuseau avancĂ© court (figure 2B) sera prĂȘte Ă  ĂȘtre projetĂ©e au loin presque im­mĂ©diatement Ă  la fin de la rĂ©cupĂ©ration, car Ă  ce moment toute la portion du fuseau se trouve encore Ă  l'extĂ©rieur des anneaux-guides et peut entraĂźner facilement Ă  sa suite la lĂ©gĂšre ligne fuyante arriĂšre dĂšs la premiĂšre projection, sans nĂ©cessiter de faux-lancers. Cela s'avĂšre utile quand il faut rapidement effectuer plusieurs prĂ©sentations successives Ă  un mĂȘme endroit, par exemple pour la pĂȘche de certains salmonidĂ©s sur poste fixe en riviĂšre. Le fuseau Ă©courtĂ© de ce type de soie est sou­vent surdimensionnĂ© pour compenser sa lon­gueur rĂ©duite et mieux «charger» une canne Ă  action rapide lors du mouvement de propul­sion.

Pour faciliter le choix d'une soie bien adaptĂ©e, certains fabricants comme Scientific Anglers proposent des modĂ©les conçus pour la pĂȘche d'espĂšces spĂ©cifiques et Ă©tiquetĂ©s en consĂ©quence. Ainsi, la sĂ©rie Air Cel est propo­sĂ©e en versions «Trout» #5-6 ou #6-7, «Pan­fish", «Bass», etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 3 – Autres conformations spĂ©ciales de soies Ă  mouche

 

CONFORMATIONS SPÉCIALES

Alors que le fuselage avant d'une soie Ă  fuseau avancĂ© standard peut avoir une longueur d'en­viron 9 pi (2,7 m) pour prĂ©senter dĂ©licatement une mouche de dimensions modestes, ce fu­selage pourra ĂȘtre rĂ©duit Ă  environ 6 pi (l,8 m) pour mieux «porter» un gros streamer ou un popper Ă  achigan; ce type de fuselage Ă©courtĂ© porte d'ailleurs souvent le nom de «bass ta­per». Dans des cas extrĂȘmes, comme dans le modĂšle de soie Big Fly Pike de Cortland, la lon­gueur du fuselage est mĂȘme rĂ©duite Ă  quelque 3 pi (0,9 m) pour mieux convenir aux prĂ©senta­tions d'Ă©normes streamers Ă  brochet.

Les particularitĂ©s des soies Ă  fuseau avan­cĂ© modernes ne s'arrĂȘtent pas lĂ . Par exemple, alors que la plupart des soies standard prĂ©sentent un fuselage arriĂšre trĂšs abrupt d'une longueur d'Ă  peine 3 ou 4 pi (environ 1 m), certains modĂšles comme les Sharkskin Steelhead de Scienlific Anglers sont dotĂ©s d'un long fuselage arriĂšre de 15 pi (4,5 m) qui s'Ă©tend plus progressivement du ventre Ă  la portion de ligne fuyante et procure un meilleur contrĂŽle lors des «arrachĂ©s» de la soie de la surface de l'eau, ou de l'exĂ©cution des lancers roulĂ©s ou des amendements dans le courant.

Il y a plusieurs annĂ©es, le fameux Lee Wulff avait conçu un type de soie nommĂ© Tri­angular Taper dont le fuselage avant Ă©tait assez comparable Ă  celui d'une soie Ă  fuseau avancĂ©, mais dont le ventre s'amincissait pro­gressivement et en continu vers l'arriĂšre sur environ les trois quarts de la longueur totale de la soie. Le principe de Wullf Ă©tait qu'en lançant avec ce type de soie, la section la plus lourde de la ligne se retrouvait toujours devant la plus lĂ©gĂšre, facilitant ainsi un meilleur transfert d'Ă©nergie lors du lancer, et ce, quelle que soit la longueur de soie sortie en-dehors des an­neaux-guides de la canne.

J'ai encore une soie Lee Wulff Triangular Taper reçue des mains mĂȘmes du renommĂ© moucheur peu avant sa mort, mais je n'en ai pas vu en magasin depuis belle lurette. Pour­tant, l'idĂ©e n'est pas restĂ©e lettre morte puis­que Cortland propose ses soies Rocket 2 Taper basĂ©es sur le mĂȘme principe (figure 3A). De la mĂȘme façon, Scientiflc Anglers offre ses soies de la sĂ©rie Sharkskin dont le ventre est composĂ© de deux sections distinctes (figure 3B), cha­cune d'une longueur d'une quinzaine de pieds (environ 4,5 m); la premiĂšre section est d'un diamĂštre plus «engraissé» que la secon­de pour conserver le poids le plus important Ă  l'avant, et la deuxiĂšme se prolonge en un long fuselage arriĂšre pour permettre de conserver un contrĂŽle optimal des manipulations.

Pour pousser plus loin le principe des soies Ă  fuseau avancĂ©, les chercheurs des fabricants ont conçu les soies-torpilles (shooting heads) qui reprĂ©sentent ni plus ni moins que la portion de tĂȘte d'une soie Ă  fuseau avancĂ© mais sans la ligne fuyante arriĂšre. Ces soies-torpilles sont habituellement munies d'une boucle Ă  l'arriĂšre (figure 3C), de façon Ă  pouvoir y relier directement une fine ligne de rĂ©serve qui prĂ©sente encore moins de rĂ©sistance d'entraĂźnement et de passage dans les anneaux-guides aprĂšs le lancer. Ce type de soie est celui qui permet d'at­teindre les plus grandes distances de lancer, mais une fois la tĂȘte sortie des anneaux-guides on perd presque tout contrĂŽle sur les manipu­lations et amendements de la soie.

ON N'ARRÊTE PAS LE PROGRÈS

On retrouve mĂȘme sur le marchĂ© d'aujourd'hui des soies Ă  tĂȘtes interchangeables (figure 3D), comme les Multi-Tip ou Quad Tip de Scientific Anglers et Multi-Tip System de Orvis. Au lieu de devoir ap­porter des bobines de rechange pour tous les diffĂ©rents types de soies, puis dĂ©monter le moulinet et repasser la soie dans les anneaux­-guides Ă  chaque changement, avec ces modĂš­les on n'a qu'Ă  intervertir les portions de bout avant de la soie. La portion principale de ces soies peut ĂȘtre comparĂ©e Ă  celle d'une soie Ă  fuseau avancĂ© qui ne comporterait pas de fuselage avant mais se terminerait plutĂŽt par une boucle tres­sĂ©e. Celle-ci permet d'y joindre (par une jonc­tion boucle Ă  boucle qui «coule» facilement dans les anneaux-guides de la canne) une section de bout avec un ventre de quelque 9 pi (2,7 m) de longueur et se terminant par un fu­selage avant de 6 Ă  7 pi (l,8 Ă  2,1 m).

Le plus beau de l'affaire, c'est que l'en­semble interchangeable comprend habituelle­ment un bout flottant, un autre Ă  plongĂ©e lente, un autre encore Ă  plongĂ©e moyennement ­rapide et un dernier Ă  plongĂ©e pouvant attein­dre plus de 6 po/s. Avec un tel ensemble, un moucheur est en mesure de faire face Ă  la plupart des situations.

À l'inverse des conformations destinĂ©es aux performances extrĂȘmes de lancer, on retrouve aussi des soies Ă  fuselage plus «doux» conçues pour mieux convenir aux cannes tradi­tionnelles Ă  action parabolique, par exemple les SuperFine Trout Wonderline de Orvis. D'au­tres, au contraire, comportent un ventre de poids accru d'un demi-numĂ©ro pour mieux charger les cannes modernes Ă  action super rapide, comme les WF Power Taper de la mĂȘme compagnie.

Au lieu de compter sur une construction Ă  gaine remplie de micro bulles d'air pour en assurer la flottaison, la soie PE+ Crystal de Cortland est formulĂ©e Ă  partir d'un mĂ©lange de polyĂ©thylĂšne et de copolymĂšres sur un noyau de monofilament, le tout ayant une densitĂ© infĂ©rieure Ă  celle de l'eau pour en as­surer la flottaison naturelle.

Finalement, il convient de savoir faire la distinction entre une soie conçue pour la pĂȘche en eau douce et une autre destinĂ©e Ă  la pĂȘche en mer. Comme l'eau douce est moins dense que l'eau salĂ©e, les soies du premier type prĂ©sentent typiquement un plus grand diamĂštre pour en amĂ©liorer la flottai­son, et les fuselages doivent ĂȘtre formĂ©s de façon spĂ©cifique pour amĂ©liorer la perfor­mance de lancer. Étant habituellement utili­sĂ©es par tempĂ©ratures plus froides, ces soies comportent Ă©galement un noyau moins rigi­de pour conserver le plus de souplesse pos­sible.

Au contraire, les soies pour pĂȘche en mer ont un noyau plus rigide pour mieux s'adap­ter aux conditions tropicales, et la grande ca­pacitĂ© de flottaison de l'eau salĂ©e permet de conserver aux soies une plus grande densitĂ© avec diamĂštre rĂ©duit, ce qui augmente la fa­cilitĂ© de lancers Ă  grande distance. 

(Dans un autre article sur ce portail : les soies calantes et Ă  bout calant)

 

 

 

 

 

Commentaires