Le portail sentier Chasse-PĂŞche
Stratégie d’intervention globale du MDDEFP pour la sauvegarde du lac Saint-Pierre
Stratégie d’intervention globale du MDDEFP pour la sauvegarde du lac Saint-Pierre
17/02/2013 | Par . Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

La FĂ©dĂ©ration quĂ©bĂ©coise des chasseurs et pĂŞcheurs (FĂ©dĂ©CP) est heureuse des mesures annoncĂ©es vendredi dernier par le ministre du DĂ©veloppement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) concernant une stratĂ©gie globale d’intervention pour la sauvegarde du lac Saint-Pierre.

 

L’objectif de cette stratĂ©gie est d’amĂ©liorer de manière sensible l’état de santĂ© de ce plan d’eau. Cette annonce confirme l’intention du gouvernement de rĂ©habiliter cet Ă©cosystème, dont la dĂ©tĂ©rioration a lourdement contribuĂ© Ă  la chute rĂ©cente des populations de perchaudes de ce lac. En outre, le ministre a confirmĂ© la fermeture de la pĂŞche commerciale de la perchaude dans le tronçon pont Laviolette – Saint-Pierre-les-Becquets du fleuve Saint-Laurent, et le rachat Ă©ventuel des permis de pĂŞche commerciale dans ce secteur.

 

Par ailleurs, l’annonce d’un investissement de 100 000 $, en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supĂ©rieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, afin de complĂ©ter les Ă©tudes en vue de diagnostiquer l’état de santĂ© du lac Saint-Pierre est encourageante et devrait permettre d’aider Ă  complĂ©ter des recherches en cours au sujet de la perchaude. La FĂ©dĂ©CP compte sur ces recherches pour dĂ©montrer que les efforts investis jusqu’à maintenant pour favoriser la remise en Ă©tat des populations de perchaude ont Ă©tĂ© suffisants pour permettre le retour d’une pĂŞche d’hiver.

 

Quant à la fermeture de la pêche commerciale, la FédéCP, l’avait réclamée dès l’annonce du moratoire sur la pêche à la perchaude au lac Saint-Pierre au printemps 2011. Il était inconcevable de permettre la pêche commerciale à l’est du pont Laviolette, alors que la récolte au lac Saint-Pierre était complètement interdite. Rappelons que les biologistes du gouvernement ont toujours prétendu que les perchaudes circulaient librement entre l’aval et l’amont du pont.

 

Rappelons que différentes mesures de préservation de ce poisson, dont l’arrêt des pêches sportive et commerciale, ainsi que le contrôle par abattage des cormorans, qui à lui seul a permis de sauvegarder environ 14 tonnes de perchaudes, ont probablement permis d’épargner suffisamment cette espèce pour permettre une pêche d’hiver dès 2014, comme demandé par l’Aire faunique communautaire du lac Saint-Pierre. Une telle pêche sportive assortie d’une limite de cinq perchaudes par pêcheur sportif représenterait une récolte totale de trois tonnes environ. Le retour de cette activité permettrait la survie d’une importante activité économique et le maintien d’une réelle occasion de formation de la relève.

 

La FédéCP était d’avis que les ministères concernés devaient absolument se pencher sur des mesures visant à améliorer la qualité de l’eau du lac Saint-Pierre, condition essentielle à la réhabilitation des habitats de la perchaude et au retour définitif de la perchaude dans ce plan d’eau. L’annonce du ministre du MDDEFP est une excellente nouvelle en ce sens.

 

 

 

Commentaires
Martin Miron | 07/01/2013
Qu'y a-t-il d'incompréhensible dans le fait de vouloir protéger la ressource? Même si nous donnions un break de 5 ans à la perchaude en interdisant la pêche, en plus d'appuyer cette démarche avec d'autres actions comme l'abattage de cormorans... c'est juste positif! Tous devraient se réjouir!! dans 5 ans, la pêche ne sera que meilleure...

Les gens ne respectent aps les quotas de 15 perchaudes et la Fédé considère que les gens vont le respecter à 5 spéciment par jour?

Je ne comprends pas votre logique... comparable à une réflexion de syndicaliste qui, à tous prix, ne veulent aps perfre des acquis... sauf que cette fois, avec la nature en jeu, les acquis ne tiennent pour personne...

Pensez-y avant de prendre position sur ce sujet...
Luc Gauthier | 10/01/2013
Je ne comprend pas plus moi non plus. L'autre côté du pont Laviolette c'est la même population. Si c'est réellement la même et qu'elle autant dans le pétrin, pourquoi utiliser ça comme argument alors. Comment utiliser ça pour convaincre les autorités de changer d'idée. Ça a ni queue ni tête. Et ceux qui disent que le perchaude est abondante et surtout de belle taille, informez vous avant de dire n'importe quoi. Pourquoi sont elles si grosses, et pourquoi on en prend pas des petites. Et poser vous la question, où en est rendu l'habitat de la perchaude au lac St-Pierre?